Thérapie de la reconsolidation ou du souvenir

Nombreux sont les événements traumatiques auxquels nous pouvons être un jour confrontés, que nous devons surmonter et parfois sans être en mesure d'y parvenir.

La thérapie du souvenir est la véritable source d’un immense espoir, 

10 % de la population souffrirait d’un Etat de Stress Post Traumatique (ESPT).

80 % des personnes traitées répondent positivement au traitement.

La thérapie de la reconsolidation permet de répondre au nouveau challenge du 21ème siècle, de manière innovante, simple, rapide, efficiente pour traiter de nombreuses formes de psychotraumatismes.

Elle a été mise au point par le Professeur Alain Brunet, Expert du Stress Post-Traumatique, après des recherches pendant 30 ans, sa méthode est scientifiquement et empiriquement démontrées.

Le Professeur Alain Brunet a été considéré par le magazine canadien Mc Leans en 2009 comme l’une des 39 personnes ayant rendu le monde meilleur par le biais de ses découvertes. « Les canadiens pour la recherche médicale »

En France, il a formé plus de 200 psychiatres, psychologues et paramédicaux français suite aux attentats terroristes qui ont touchés le pays en 2015-16.

« Les gens chérissent leurs souvenirs, même leurs mauvais souvenirs. Ils ne veulent pas qu’ils soient effacés, ils veulent s’en rappeler, mais avec moins de douleur et de souffrance. » Pr Alain Brunet - La fabrique de la peur – 3/5 Traumatisme des souris et des hommes – RTS -le 10/07/2019

Les bienfaits  de la méthode dès la 4 ème semaine

Les symptômes de détresse vont diminuer, dans 70% des cas dès la 4ème semaine.

Le patient peut repenser à l’événement traumatique sans ressentir la charge émotionnelle, en particulier la peur et les affects négatifs qui y étaient habituellement associés.

Il n’y a pas de perte de mémoire des faits.

Le souvenir autobiographique reste intact. Le traumatisme devient un mauvais souvenir.

01/

Description de la méthode

La thérapie de la reconsolidation est un traitement complet, médicalement aidé, des états de stress post-traumatiques (ESPT).

Elle allie la réactivation de l’événement traumatique par l’écriture  et la lecture d’un script, selon un protocole précis et la prise d’un bloqueur de la reconsolidation, le propranolol qui agira sur le cerveau émotionnel.

La lecture du script à chaque séance hebdomadaire ravive le souvenir. L’intensité de la charge émotionnelle sera affaiblie en bloquant le réenregistrement du souvenir.

Une séance par semaine durant 6 à 8 semaines

02/

Indications

La thérapie de la reconsolidation s’applique, avec avis médical aux enfants dès 6 ans, aux adolescents et aux adultes présentant des symptômes de stress post-traumatiques en lien avec un l’événement vécu car le traitement vise à soigner un souvenir émotionnel précis.

Exemple de questions posées pour déterminer l’éligibilité au protocole thérapeutique :

  • Vous sentez vous profondément mal de manière prolongée quand vous êtes en présence d’indices qui vous rappellent l’événement traumatisant ?

  • Dormez-vous bien, avez-vous des difficultés à vous endormir ?

03/

Qu'est-ce qu'un événement traumatique ?

 

Vous avez été personnellement atteint ou réellement senti menacé dans votre intégrité corporelle et/ou psychique pour avoir subi des violences et/ou des blessures graves.

Vous avez appris et craint pour la vie d’un proche de la famille ou ami.

Vous avez été confronté en tant que témoin, à la vision insoutenable d’un événement traumatisant.

En emploi ou non, vous vivez une exposition répétée à des événements traumatiques (urgentistes, pompiers, policiers, ambulanciers, gardiens de prisons…).

L’événement a suscité de la peur, de l’impuissance, de l’horreur et entraîne des perturbations dans les domaines familiaux, professionnels et sociaux…

04/

Qu'est-ce qu'un syndrome de stress post-traumatique? (ESPT)

Consécutivement à un événement traumatique, le syndrome ou trouble ou état de stress post-traumatique regroupe une constellation de symptômes devenus pathologiques, persistants depuis plus d’un mois.

Selon le DMS-5, ils sont 20 au maximum, regroupés en quatre catégories :

  • Reviviscences

  • Evitements

  • Altérations négatives de la cognition et de l’humeur

  • Hyperéveil et hypervigilance

Les symptômes appraissent généralement dans les trois premiers mois, parfois plusieurs mois, voire plusieurs années.​